Bien-être

Comment la course à pied a changé ma vie

25 mars 2015
course-pied

Plus jeune, je n’ai jamais été une grande sportive. J’avais fait un peu de gym et un peu de danse en primaire. Puis au collège j’ai commencé à faire partie de celles choisies en dernier quand il fallait former des équipes en sport.

J’ai complètement perdu confiance en mes capacités sportives et j’ai décroché. Quand je suis arrivée en classe prépa après le bac, je me souviens que l’on m’a proposé de faire de sport. J’ai refusé. Je n’en voyais pas l’intérêt, c’était tellement ennuyeux… Et de toute façon je n’avais pas le temps pour ça.

Difficile alors de se dire que j’ai pu devenir accro au sport après une adolescence et un début de vie adulte si sédentaire, et pourtant…

Comment et pourquoi j’ai commencé à faire du sport

Tout ça a commencé quand j’ai vu mes parents courir. Il faut dire que je ne les avais jamais vu faire du sport auparavant. Surtout ma mère, elle ne s’était même pas intéressée à la fitness ou à la danse avant de se mettre à courir. Quand elle a commencé, elle a arrêté de fumer et a beaucoup progressé. Voir des non sportifs se mettre à courir et aimer ça a été très inspirant pour moi.

Mais ma source de motivation première c’était la perte de poids que j’ai connu pendant mon année d’études au Japon. Il fallait faire quelque chose et le sport a fait parti de mes nouvelles habitudes.

motivation

J’ai donc commencé par me rendre à la salle de sport (gratuite pour le coup, j’étais chanceuse !). Et j’ai testé un petit peu tous les appareils : vélos, tapis de course, vélos elliptiques… Puis j’ai surtout squatté le tapis de course.

Avec un ami on s’entrainait à battre nos propres records. J’ai de très bons souvenirs de cette salle ! Ensuite mon objectif était d’arriver au même niveau que mes parents pour courir avec eux en rentrant en France. Bien sûr j’ai perdu du poids et ai gagné en endurance. Je suis passée de 10 minutes à 7km/h à 30 minutes à 8,5km/h à cette époque.

Le retour en France a été plus compliqué que ce que je pensais… Passer du tapis de salle à la digue de Dunkerque n’a pas été facile et j’ai vu mes performances baisser un peu. Le souffle surtout était plus difficile à contrôler et l’air frais me brûlait les bronches. Mais avec le temps mon corps s’est habitué à ce nouvel environnement.

Je me suis alors mise à courir 2 fois par semaine et j’ai réussi à faire ma première « vrai » course : un 10 kilomètres en 58 minutes.

course à pied

L’année suivante je suis repartie à l’étranger. J’ai osé m’inscrire à l’association des coureurs de fond de mon université. Là-bas j’ai trouvé des gens à mon niveau. Cette association m’a vraiment poussée à persévérer puisque si je n’arrivais pas à suivre le groupe, je me retrouvais perdue dans la ville, tard le soir ! Cette association m’a également permis de faire de belles rencontres et je suis fière d’y avoir participé !

Ce que le sport m’a apporté

De la détermination à bloc !

Se mettre à la course à pied demande beaucoup de détermination (surtout si on n’est pas sportif à la base comme moi !). A un moment ou un autre, il faut essayer d’aller plus loin ou de courir plus vite.

Personnellement je me mettais un peu la pression intérieurement parfois. Je me disais « si tu n’a pas assez de détermination pour aller jusqu’au 8ème kilomètre, tu n’en auras pas assez pour faire (telle ou tel autre chose) qui te tient à cœur ».

Apprendre à accepter ses limites

Bien sûr la course à pied, ce n’est pas que des moments de bonheurs. Parfois il y a des bas. Des périodes où l’on n’arrive pas à courir correctement, on stagne, on perd en vitesse aussi.

Pour ma part j’ai beaucoup souffert de tendinites. Toujours au même endroit. Je rêve de courir un semi-marathon un jour mais mon tendon gauche me lâche au 11ème kilomètre. J’ai fait des tests pour avoir de bonnes baskets, j’ai essayé de changer ma posture mais ça ne change rien.

Voir les autres continuer leur course quand on est bloqué pour un défaut de ce type c’est rageant !

limites

Se reconnecter avec soi même

Ca peut paraitre un peu dingue mais les meilleures décisions que je peux prendre dans ma vie sont celle réfléchies en courant. Je ne sais pas pourquoi. Peut être sous le coup de l’épuisement ? L’air frais ? Mais quand je suis en train de courir, mon esprit s’éclaircit et j’arrive à faire la distinction entre ce que je veux vraiment et ce que je devrais abandonner…

esprit clair

De bons souvenirs

Une dernière chose : comme je l’ai évoqué tout à l’heure j’ai de supers souvenirs de moments passés à courir. Les courses en font parties. Pendant ces événements, il y a toujours une bonne ambiance ! Et quand on peut partager ces moments avec des proches, c’est hyper motivant !

courir

Aujourd’hui j’ai un peu moins la possibilité de courir mais je continue le sport avec mon vélo elliptique. Ça me fait un bien fou ! Je pense sincèrement que je ne pourrais pas me passer de sport car je passe mes journées assises et j’ai besoin de me bouger un minimum, de transpirer, de me vider l’esprit pour être bien au quotidien.

Vous pourriez aussi aimer...

11 commentaires

  • Reply isa 25 mars 2015 at 20 h 05 min

    Tu verras … un jour, on fera un semi ensemble !!! tu trouveras la solution pour ne plus avoir de tendinite !!! ;)

  • Reply Alizée 25 mars 2015 at 23 h 29 min

    J’adore ton article, je m’y retrouve :) (sauf le tout début, j’étais en section sportive natation ;) ). La course une fois que l’on a dépassé le cap mental pour sortir de sa zone de confort, on découvre une autre zone tout aussi agréable. Plus on court, plus on a envie de le faire.
    Mais c’est vrai que parfois les aléas sont agaçants … Pour tes tendinites, si elles sont à répétition, fais attention, c’est sûrement lié à ton intestin. J’ai assisté à une conférence de Denis Riché il y a quelques jours et il en parlait. Les blessures chroniques sont (très souvent) dues à une baisse des défenses immunitaires et pendant la course, l’intestin est perméable aux toxines, responsable des blessures. Les chaussures, le sol, ne sont pas vraiment les causes en réalité. J’espère que ça pourra t’aider à trouver la solution !

    • Bérénice
      Reply Bérénice 28 mars 2015 at 9 h 13 min

      Merci pour ton conseil Alizée ! La conférence devait être intéressante ! Je crois que je devrais voir un posturologue avant tout. Puis j’essaierai de chercher plus loin si ça ne fonctionne pas ^^

  • Reply Mélody 26 mars 2015 at 2 h 06 min

    Effectivement, tu m’as donné envie de me mettre au sport. Cela fait un moment que j’ai envie, mais pas de motivation, ne pas savoir par où commencer. C’est encourageant de voir qu’une non sportive (comme moi aussi) peut s’y mettre et apprécier. Merci :D

    • Bérénice
      Reply Bérénice 28 mars 2015 at 9 h 14 min

      Il faut pas se mettre la pression. Même si tu cours que 10 minutes la première fois c’est pas grave, la seconde tu feras 12 minutes puis 14 puis 16, puis 20… C’est le principal :) Mets de la musique entraînante et fais toi plaisir c’est ce qui compte :) J’espère que tu vas bien Mélody, bisous !!

  • Reply Sarah 26 mars 2015 at 10 h 59 min

    Merci pour cet article. Je m’y retrouve complètement. Je n’étais pas sportive du tout non plus, mais depuis octobre 2014 je me suis mise à courir. Au début j’y allais lentement, je courrais 10 minutes puis je faisais 30 minutes d’étirements, comme ça je n’étais pas essoufflée et je n’avais pas mal aux jambes le lendemain (les deux facteurs qui me rebutaient dans la course)…du coup en y allant lentement et à mon rythme je me suis mise à progresser lentement et à me sentir à l’aise dans ce sport.

    Je me sens libre quand je cours et je ne penses à rien, ce qui fait du bien à mon cerveau de faire STOP et de ne plus penser à 1000 à l’heure! J’ai l’impression que je ressors d’une course avec l’esprit plus clair et mes nuits sont meilleures les jours où je cours.

    je fais ma première course la semaine prochaine, le 1e avril, j’ai hâte! Et le sport m’a apporté les même choses qu’à toi!

    • Bérénice
      Reply Bérénice 28 mars 2015 at 9 h 15 min

      Oui on dirait que je pars d’aussi loin que toi :D Bon courage pour la course, ça va le faire !! Bisous !

  • Reply lesdoucesparoles 26 mars 2015 at 16 h 41 min

    Bel article ! Je cours de temps en temps, mais je t’avoue que toute seule c’est pas super motivant ! J’ai opté alors pour du fitness avec des vidéos sur internet, c’est assez sportif et assez motivant !
    Bonne fin de journée.

    • Bérénice
      Reply Bérénice 28 mars 2015 at 9 h 17 min

      Merci ! Moi je préfère courir seule car avec d’autres personnes, j’ai la pression, je ne sais pas si je vais réussir à suivre ou non. Je préfère courir à mon rythme ^^ Cela montre que l’on est tous différents et que l’on recherche tous des choses différentes à travers le sport :) Bonne journée à toi !!

  • Reply Arwenila 30 avril 2015 at 19 h 24 min

    Comme je te comprend, la course à pied c’est la vie aussi pour moi ! j’ai repris le sport il y a deux mois et la course à pieds avec, résultat à la 3ièmes sortie une grosse foulure à la cheville gauche ! je suis toujours en rédemption mais j’ai repris il y a deux semaine la fitness 30 min par jour via Gym direct sur D8 en replay le matin et ça va déjà mieux ! vivement que je renfile les baskets j’ai des asics de la mort qui m’attendent neuves en plus !
    Bonne fin de journée Bisous !
    Arwenila.

  • Reply Elise 3 juin 2015 at 17 h 44 min

    Coucou, je me reconnais beaucoup dans ton témoignage ! :)
    Je ne sais pas si on te l’a déjà dit mais ta tendinite récurrente est peut-être due à une mauvaise foulée, ce genre de défauts peut se corriger avec des semelles. C’était mon cas : la morphologie de mes jambes fait que je pose le pied sur l’extérieur, ce qui me causait une tendinite au genou. Je portais déjà des semelles pour une autre raison, alors je n’ai pas hésité à aller voir un podologue du sport, qui m’a expliqué que ma mauvaise posture se corrigeait avec des semelles et que je n’aurai plus de problème de tendinite. (je n’ai pas encore reçu les nouvelles semelles donc je ne peux pas encore te dire si ça marche, mais je ne suis pas la seule dans ce cas donc je suis sûre que le podologue sait ce qu’il dit – si tu connais Anne&Dubndidu, elle a eu exactement le même problème que moi, elle a écrit un article sur les semelles récemment d’ailleurs – et ça ne l’a pas empêchée de faire un marathon).
    Bref, si tu ne l’as pas encore fait … je te conseille fortement d’aller faire un tour chez un podologue du sport ! (pas un classique)

  • Répondre