Blogging

[INTERVIEW] Julia, community manager freelance et blogueuse

15 novembre 2016
interview community manager freelance

Cela faisait un moment que j’avais envie de te proposer un article un peu différent, un article où ce n’était pas moi qui avait la parole mais une autre blogueuse. J’ai choisi de laisser la parole à Julia pour son métier un peu différent. Julia est freelance, elle travaille à son compte pour plusieurs entreprises.

Cela lui laisse une grande liberté. Fini les journées coincée au bureau, elle a créé un mode de vie qui lui ressemble et s’épanouie aujourd’hui pleinement.

Je vous laisse avec l’interview…

Est-ce que tu peux te présenter brièvement ?

Je m’appelle Julia, j’ai 26 ans, j’habite à Clermont-Ferrand et je suis indépendante en services web (notamment du community management). 

Depuis quand es-tu community manager freelance ? Quel est le déclic qui a fait que tu as voulu te lancer en freelance ?

Je suis officiellement CM depuis Décembre 2014, date de mon tout premier contrat signé. Avant, j’aidais les petites structures (notamment les artistes ou groupes de musique) à comprendre Facebook dans son ensemble. 

J’ai le statut d’auto-entrepreneur depuis Mai 2013. J’ai eu le déclic assez tôt dans mon expérience professionnelle. J’ai travaillé dans une grosse entreprise Clermontoise, ou l’on m’a traité d’électron libre, puis dans une autre grosse entreprise ou je ne m’épanouissais pas du tout. 

C’est toute la frustration que je ressentais en étant salariée qui m’a poussée à devenir mon propre patron. 

Comment t’es-tu formée à ce métier ?

J’ai appris le métier de community manager comme toute personne de ma génération ferait : j’ai lu, beaucoup, mais j’ai aussi parcouru le web en long et en large (vidéos, articles, blogs étrangers spécialisés…). Mais tout va tellement vite que l’on est jamais formé à 100%, qu’on apprenne en autodidacte ou via une formation classique. 

devenir freelance

Quels sont les réseaux sociaux que tu préfères ? Pourquoi ?

D’un point de vue professionnel, sans aucun doute Facebook (c’est d’ailleurs le seul réseau social que je maitrise suffisamment pour proposer mes services de CM). D’un point de vue perso, je n’ai pas vraiment de préférence, je les trouve tous puissants, chacun à leur manière. 

Quelle est ta journée type ?

Je déteste les contraintes, du coup ma journée type n’existe pas ! *rires* Je fais ce que j’ai envie, quand j’en ai envie (dans la limite du possible on est d’accord.) (ça fait un peu sale gosse cette réponse :D). Sinon je fais les choses mal. Mais en gros, je fais toutes les choses pénibles (oui ça existe encore ahah) et/ou qui demandent de la concentration le matin, et les trucs un peu plus cool-cool l’après-midi. 

Qu’est-ce que tu aimes dans le fait d’être freelance ?

La liberté de mon emploi du temps (je peux si je le veux me libérer une matinée pour dormir), la liberté de mes décisions (je n’ai rien à faire valider par un supérieur hiérarchique en ce qui concerne l’orientation de mon entreprise ou dans sa gestion), la liberté de mes priorités (si je préfère consacrer du temps à ma famille un après-midi de semaine et bosser le soir tard, je peux), la liberté de choisir mes clients (pour bosser sur des contrats qui me stimule intellectuellement et qui m’amusent par exemple). Je m’arrête là, la liste serai trop longue :) 

Qu’est-ce que tu aimes moins ?

Le fait d’être parfois bien trop livrée à moi même. S’auto-manager est vraiment compliqué au départ. 

Comment vois-tu l’avenir du community manager ?

Je pense qu’à terme il y aura des CM salariés dans les grandes entreprises, et les petites feront certainement appel à des CM Freelance ou alors les gérants se formeront aux réseaux sociaux pour économiser. 

Mais étant donné que je ne ferai certainement plus ce métier dans 2 ou 3 ans, je ne me pose pas vraiment la question :) 

community manager

Selon toi quels sont les pires préjugés sur le métier de community manager / sur les réseaux sociaux ?

Qu’un community manager passe sa journée sur Facebook. Oui, à travailler :) Et c’est bien là toute la complexité du job : on est toute la journée sur un outil qui est destiné à notre vie personnelle. Y intégrer le professionnel c’est parfois difficile. Surtout quand tu vois des trucs intéressants dans ton fil d’actu mais que tu te dis « Non, là je bosse, j’irais voir plus tard ». 

Quelle est selon toi la pire erreur que tu as faite quand tu t’es lancée dans le milieu ?

Des erreurs propres en community management je ne sais pas. Mais en Freelance il y en a un paquet : me couper du monde au profit de mon travail, ne pas me fixer d’objectifs clairs pour me booster, penser que les résultats tombent tout de suite… 

Quelle est ta plus belle victoire ?

D’avoir réussi à me créer une vie professionnelle qui me ressemble et qui s’accorde parfaitement avec mes valeurs et ma vision du travail.

Tu as aussi fait quelques vidéos sur Youtube, tu comptes en faire davantage ou tu vas en rester là ?

En postant ma toute première vidéo sur les avantages et les inconvénients de la vie en Freelance, j’avais dans l’idée d’en poster une par mois. Mais comme tu peux le voir, j’ai vite manqué de temps héhé. On a un projet un peu plus gros avec Nathaël (NGC Studio sur Youtube), j’essaie de consacrer mon énergie Youtubesque là dedans pour le moment :) 

Tu peux nous en dire plus sur tes projets ?

J’ai beaaaauuucoup de projets, mais ils sont tous à plus ou moins court terme. Je suis incapable de te dire ou je serai dans un an, et je ne veux pas le savoir ! *rires* Ils tournent tous autour du web et du Freelancing, et j’ai bien pris soin de ne surtout pas les planifier (ou en tout cas très vaguement). 

julia idontthink

Ton meilleur conseil pour quelqu’un qui souhaite arrêter le salariat et être indépendant ?

S’écouter et se préparer au changement. 

S’écouter parce qu’il est impensable de « subir » une vie professionnelle que l’on n’aime plus (parce qu’elle ne réponds plus à nos valeurs, parce que l’on ne prends pas de plaisir à exercer le métier dans lequel on est, ou tout simplement parce que les conditions de travail ne nous conviennent plus). Et se préparer au changement car devenir indépendant ne s’improvise pas : il faut connaître le statut, être prêt à vivre avec un peu moins d’argent les premiers temps et s’imposer une rigueur. 

Le blog de Julia : http://www.idontthink.fr/

Vous pourriez aussi aimer...

2 commentaires

  • Reply lemondedejustine 15 novembre 2016 at 20 h 42 min

    Merci ! ;) ( c’est rassurant , j’avais besoin de lire un propos comme ça ^^) Bisous

    • Bérénice
      Reply Bérénice 20 novembre 2016 at 19 h 47 min

      Oui c’est une fille qui m’inspire aussi :) Bisous

    Répondre