Lecture

Littérature japonaise : ces auteurs qui m’ont marquée

23 février 2015
livres japonais

Découvrir le Japon d’aujourd’hui à travers des histoires, tout en restant niché au fond de son lit, c’est ce que j’apprécie avec la littérature japonaise. Les romans japonais ont un style bien différent des livres français ou américain. On ressent très vite que l’on est dans un pays étranger, l’atmosphère est différentes, les personnages toujours très bien travaillés.

Je vous présente ici les 4 auteurs que je préfère et dont j’ai lu plusieurs livres :

Haruki Murakami : mon auteur préféré

L’auteur japonais que je préfère ! J’ai commencé à le lire avec La ballade impossible puis je suis tombée sous le charme. Les personnages ont vraiment une histoire et une personnalité qui leur est propre. Parfois drôle, dramatique, triste ou surréaliste, chaque chapitre se lit très facilement et on arrive très vite à la fin…

Quelques livres :

La balade de l’impossible

Ce chef d’œuvre a été adapté au cinéma. Mais comme plusieurs livres, il est difficile de transmettre à l’écran toute la complexité des personnages et des situations. C’est le premier roman de Murakami que j’ai lu et j’ai été complètement séduite.

ballade impossible

Image du film réalisé à partir du livre « La ballade de l’impossible » avec Kenichi Matsuyama et Rinko Kikuchi (2010)

Kafka sur le rivage

Je pense que c’est le plus connu de tous, en tout cas c’est celui dont j’avais entendu le plus parler. Je ne sais pas si c’est parce que j’ai lu en anglais ou bien parce qu’il est différent des autres mais c’est celui que j’ai le moins apprécié. Bien sûr, Kafka sur le rivage reste un excellent livre mais je ne suis pas forcement amatrice de situations surréalistes. J’aime rester dans le « quotidien » ;)

Autobiographie d’un coureur de fond

Amant moi-même courir, ce roman m’a donné encore plus de motivation dans mes entrainement. Comme l’indique le titre, il s’agit d’un récit autobiographique sur une période de la vie de l’auteur. Je le conseille vivement aux sportifs (ou pas !).

1Q84

Je suis actuellement en train de lire le premier roman de la série. J’aime beaucoup les personnages et je me demande vraiment comment ils évolueront… A suivre !

avis 1q84 murakami

Tetsuko Kuroyanagi

Tetsuko Kuroyanagi est à la fois actrice, ambassadrice de l’UNICEF et auteur d’un roman autobiographique. « Totto-chan » m’a été offert par ma maman et il m’a beaucoup plu. Il m’avait particulièrement fait réfléchir sur le système d’éducation actuelle. Une petite fille change d’école pour un établissement peu ordinaire. Les méthodes d’enseignement sont complètement différentes des méthodes actuelles. J’ai donc trouvé le livre très intéressant et je trouve qu’il mérite d’être plus connu en France.

Tetsuko Kuroyanagi

Yasunari Kawabata

On recule un peu dans le temps avec un auteur un peu plus classique : Yasunari Kawabata. C’est l’un des premiers auteurs japonais que j’ai lu et ces œuvres m’on marquées. Kawabata travaille énormément les atmosphères avec des descriptions très esthétiques. On retrouve très bien le Japon traditionnel avec la nature qui est très présente. Il faut savoir que l’auteur a reçu le prix Nobel de la littérature en 1968. Pays des Neiges, Le grondement de la montage et Les belles endormies sont ses œuvres les plus connues.

Mais je vous illustre ses œuvres avec une citation du livre Kyoto qui fût mon roman préféré :

Des fleurs, il y en avait, chaque printemps, trois, cinq, ou plus, c’était à peu près le compte. Pas d’avantage, et pourtant, dans les petites cavités du haut de l’arbre, à chaque printemps, surgissaient des boutons et s’épanouissaient les fleurs. Chieko les contemplait de la galerie, ou, au pied de l’arbre, levant la tête; s’il lui arrivait d’être frappée par la « vie » de ces violettes sur le tronc, parfois leur « solitude » l’envahissait.

La nature et le temps qui passe, des thèmes typiquement japonais.

livre japonais Kawabata

Ryû Murakami

Et on termine en beauté avec le roi de l’underground, je nomme Ryû Murakami (à ne pas confondre avec Haruki Murakami ci-dessus dont le style est complètement différent). Je pense clairement que l’on ne peut pas rester indifférent face aux oeuvres de Ryû Murakami. On aime ou bien on déteste. Ces livres retranscrivent principalement une jeunesse des années 70 perdue et sans avenir.

murakami

Bleu presque transparent

Son premier roman Bleu presque transparent sorti en 1978 est plutôt glauque et désolant. Entre sexe malsain et drogues, on arrive en plein cauchemar… Et on en sort pas ! Un livre assez dur donc mais qui a valu à Murakami le prix Akutagawa (Goncourt japonais) en 1976.

Ce n’est pas le livre que j’ai préféré mais l’œuvre et poignante.

Les bébés de la consigne automatique

C’est l’histoire de deux jeunes sans avenir qui se cherchent. Je l’ai préféré à Bleu presque transparent. L’histoire est pleine de rebondissement même si le scénario reste sombre (ce qui est propre à l’auteur).

Kyoko

Une jeune japonaise passionnée de danse par aux Etats-Unis où elle tombe dans un univers malsain. Mais je crois que c’est le livre de moins glauque de Murakami que j’ai pu lire !

Elle ignorait que le futur, c’est perdre ce qu’on a maintenant, et voir naître quelque chose que l’on n’a pas encore.

Parasites

Le premier roman de Murakami que j’ai lu et mon préféré. Ici un adolescent complètement paumé et sujet aux délires vie cloitrer entre les quatre murs de sa chambre sans contact avec l’extérieur. On y redécouvre le monde à travers les yeux d’un fou, une vision qui fait réfléchir sur notre société actuelle…

http://www.lalitteraturejaponaise.com/blog/

Vous pourriez aussi aimer...

1 commentaire

  • Reply titoulematou 14 février 2017 at 19 h 54 min

    Bonsoir; j’ai adoré 1Q84 .. que j’ai découvert en version audio ( je vous recommande, car la voix du lecteur est envoutante!)
    COnnaissez-vous Taniguchi? un champion de douceur et de quiétude

  • Répondre